Chaire

En 2016 le Ministère de la Culture et de la Communication a sélectionné, parmi quatorze propositions, cinq projets porteurs de fortes innovations pédagogiques et scientifiques. Ces « Chaires partenariales d’enseignement et de recherche en architecture » doivent fédérer les acteurs de l’enseignement, de la recherche et de l’entreprise autour de thématiques prioritaires ou émergentes, pour répondre aux enjeux architecturaux d’aujourd’hui et de demain.

L‘écologie numérique, le design environnemental, l’architecture 2.0  : Digital RDL (Research by Design Laboratory) est lauréat :

Comment l’architecture est-elle en mesure de répondre aux enjeux fondamentaux de l’écosophie du 21ème siècle ? Assumant les termes de la 3ème révolution industrielle qui caractérisent l’anthropocène actuelle, la chaire partenariale « Digital Research By Design Laboratory – Ecologie numérique, designenvironnemental – architecture 2.0 » mobilise un écosystème de partenaires  interdisciplinaire (ingénieurs, architecte, manager) et multisectoriel (IRT, Equipex, Idex, Laboratoires, Collectivités, partenaires privés et partenaires industriels) autour de filières de formations d’étudiants de second cycle et de troisième cycles des écoles d’ingénieurs, d’architecture et de management partenaires et réunis dans le cadre de trois recherches situés.

La singularité de la chaire est de développer une recherche par le design centrée sur la morphogenèse de milieux ambiants programmés, conçus, réalisés, perçus puis évalué et reconfigurés. Cette démarche de design environnemental va au-delà d’une pratique classique de « living lab » en ce qu’elle est plus étendue, (de la conception à l’usage) et s’appuie sur la reconfiguration des objets de recherche en situations « réelles » qui impacte directement la société civile (mobilier connecté / espace immersif / architecture interactive). Elle s’appuie sur une pratique d’expérimentation développée par les porteurs du projet depuis 15 ans.

Favorisant une transdisciplinarité requise et nécessaire par la convergence des pratiques de recherche intégrées autour de la réalisation d’objets finalisés, la démarche favorise l’émergence de technologies de rupture, d’innovation produit, de création de valeur et de critique sociale. Tout en accélérant effectivement les processus d’innovation, la démarche permet une réflexivité critique sur l’éthique d’une écologie numérique émergente.

Cette chaire construit la transition numérique de l’architecture en mobilisant une expertise acquise sur l’usage des outils numériques les plus avancées en modélisation, simulation, optimisation, production (fabrication additive, technologies soustractives, production robotisé), en mécatronique, en  instrumentation de la matière mais aussi en captation, analyse,

gestion et évaluation de données. Plus largement, la chaire identifie, manipule et développe les technologies clés génériques (KETS), ressorts technologiques d’une mutation disciplinaire. Parallèlement à l’usage des systèmes « cyber physique » qui caractérisent une matérialité numérique pervasive et ubiquitaire, la chaire mobilise en outre l’expertise des sciences sociales et des sciences cognitives pour appréhender l’expérience vécue et les transformations comportementales qui accompagnent la perception et l’usage d’une architecture non standard et la généralisation d’affordances numériques qui caractérisent nos milieux en devenir.

Cette chaire a pour finalité l’identification, l’autocorrélation et la formation des nouveaux écosystèmes d’acteurs impliqués dans la fabrication de l’architecture et la ville numérique de demain.

research by design laboratory